Archive pour novembre, 2009

Quatre photos avec un ou plusieurs nuages noirs

Posted in Photos associées on novembre 2009 by julienmachet

Aériens avant tout. Noirs ou tout comme. Toujours au dessus.
Annonciateurs de quelque chose. Précurseurs de rien du tout.
Changeants, changeants, changeants et certes, un peu plus présents parfois.

Quatre photos avec une ou plusieurs courbes

Posted in Photos associées on novembre 2009 by julienmachet

Juste les parcourir des yeux,
les chercher n’importe où,
continues, délaissées ou parcourues.

Présentation #1

Posted in Textes on novembre 2009 by julienmachet

Des photos, des photos, des photos.

Me voilà à faire des photos, à trier des photos, à présenter des photos, à analyser des photos.
Photos d’errance, photos des petites beautés, photos je m’amuse, photos décadrées, photos insolites, belles photos bien respectables, photos simples juste un peu ratées, photos normales : pas banales et pas exceptionnelles.
Des photos que j’aime, un tas de photos qui me correspond. Le tas donc.
A la longue les belles photos m’emmerdent un peu je l’avoue … Trop d’exigences à mon goût.
Parfois le paradoxe est flagrant : le sujet est simple et modeste et la photo est grandiose, superbe.
Ça m’emmerde.
Parfois ça m’éblouit, mais ça m’emmerde quand même !
Je ne veux pas magnifier, je veux m’amuser avec le regard sans rechercher le grandiloquent.
Je ne veux pas rechercher la photo parfaite, aboutie. Je ne crache pas dessus mais ça n’est pas l’objet de mon amusement.
Ne pas tomber non plus dans l’éloge de la médiocrité : en photo ou ailleurs, je reste persuadé qu’il y a beaucoup à faire dans le partage de choses simples. Prendre le beau, prendre le normal, prendre le raté. Il y a découvrir là dedans, à innover, à creuser.
Différentes manières d’errer sur ce blog. Plus ou moins sérieuses. Voir les détails à droite.

Quatre photos d’arbres à Fontainebleau

Posted in Photos associées on novembre 2009 by julienmachet

Il a plu, le soleil n’est pas de sortie. Je me perds sur des pistes détrempées, je lève la tête, je m’approche.
Une flaque me rappelle. Les arbres sont encore là.