Quatre photos avec une diagonale, sous les mélèzes de novembre


Il ne reste plus grand chose de la splendeur passée, celle des cartes postales.
En l’air, juste des squelettes. Le rougeoiement est retombé au sol.
Dépôt doux. Roux. Les sons sont étouffés.
Emmitouflé, je ne pense pas à la grandiloquence perdue.
L’ambiance est à laisser le soleil éclairer ce qu’il veut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :